Le Carnet Du Voyageur
  • Layla KONE
  • 4 février 2019
  • 0 Comments

Sur la route de Yamoussoukro…

Sur la route de Yamoussoukro…

Il est 10h10 quand nous décidons de partir pour le district de Yamoussoukro, ville se situant a 230 km a partir de Yopougon gesco et 250 km a partir du quartier des affaires, le Plateau.
C’est un voyage de 2h en moyenne non-stop (1h30 si vous allez plus vite mais attention, la vitesse tue) qui s’offre a nous.

Au menu, la descente pittoresque de Gesco , la station de pesage a basse vitesse d’Allokoi, la grande usine de brasserie BRASSIVOIRE , le village fermier d’Attinguie et le premier péage. Apres que le caissier nous ai souhaite bon voyage, nous avons marque un arret de 10 minutes, le temps de quelques photos.
Au son d’une musique d’ambiance, nous reprenons la route avec l’ambition première de profiter pleinement du voyage.
Au niveau du Km 51, l’on se remémore des bons moments passes au domaine Bini tout en ayant une pensee pour le Boss, puis l’on se replonge dans l’instant du voyage avec en ligne de mire le village d’Elibou, traversé par l’autoroute du Nord. Le village est vite traversé et nous poursuivons notre route pour N’Zianouan par l’échangeur d’Agboville, celui de N’Douci encore appelé la route officielle de l’Ouest.

Une fois au niveau de la ville, on marque un arrêt devant la caserne des sapeurs pompiers et sur le pont surplombant le fleuve N’Zi, l’un des deux grands affluents du plus puissant fleuve ivoirien le BANDAMA, le temps d’immortaliser cet instant.
Apres une pause de conduite et quelques photos du village traverse, notre équipe reprend la route pour le deuxième péage pour l’autoroute du Nord via le petit village de M’Brimbo lui aussi traverse.
Une fois le péage traversé, nous apercevons l’endroit le plus haut de l’autoroute du Nord, le col de Singrobo. Autrefois, endroit le plus meurtrier du voyage vers le nord, l’on pouvait enregistrer environ 120 accidents année, du au fait que la route traçait son chemin a quelques mètres du pic culminant de 370m d’altitude. Route aujourd’hui disparue au sommet mais reste encore visible par endroit au pied du col.  A la descente, nous apercevons le village de SINGROBO, qui a donne son nom au col et au péage. Le village est aussi le témoin de l’histoire d’une rencontre de trois historiques, les vestiges de la voie coloniale de 1956, celle de 1970 et l’autoroute achevée en 1982 (Abidjan-Singrobo) auxquels on ajoute l’autoroute de Singrobo-Yamoussoukro livrée en 2013.
Le quart d’heure d’émotions passé, nous continuons notre route en traversant le village et en ayant une pensée pour la carrière granitique de Ahouakro, a 3 km sur la droite, accessible par voie non bitumée. 

Avec le nouveau tronçon, nous traversons de nouveaux village comme Pacobo, Moronou, Au km 157 après un long virage, la chaîne baoule, majestueuse et grande avec un relief accidenté (500 a 700 m d’altitude) depuis Kpouebo au Sud, Kocumbo a l’ouest et Angoda au nord.  Elle s’impose jusqu’à l’entrée de Yamoussoukro, au km 226.

 

Leave a Reply

Lost your password?

User registration is disabled for now. Contact site administrator.