Restaurant l’Atypik : Opération Mâchoiron braisé

Restaurant l’Atypik : Opération Mâchoiron braisé

Opération Mâchoiron braisé au restaurant l’ATYPIK

Une envie soudaine , est comme la foudre : elle frappe ,sans prévenir . J’ai été frappé par une envie de machoiron braisé. Il faut dire que la science de la ‘’ braisance ‘’ du machoiron , est un art délicat.  Il est 16h ou 17h quand je me mets à chercher , arrêté dans le parking d’une supérette dans la commune de Cocody.Le restaurant , le plus proche , où je pourrais en trouver , est le restaurant l’ ATYPIK . C’est le début de l’opération Mâchoiron braisé au restaurant l’ATYPIK

Ayant déjà testé , leur soupe du pêcheur ‘’ ADJOUKROU STYLE’’ , je lance l’appel. La dame très courtoise , avec qui j’échange , me propose de me rappeler , histoire de vérifier qu’ils ont bien du machoiron en stock.  J’ai la confirmation que mon envie du jour sera satisfaite. Je commande donc un machoiron ( entre 8000 et 12 000 fcfa , si mes souvenirs sont bons). 

Pour passer le temps, je procède à l’échauffement de mon palais avec un donut au chocolat .

 « Djo chaoo ! mets toi en route , tchaiii….. » , dit mon estomac .

Le début des hostilités

45 mn plus tard , me voici devant l’entrée du restaurant , qui , au moment de cette visite était encore à la Riviera Bonoumin , à Abidjan , toujours la commune de Cocody.

Le cadre est sobre mais beau , et très propre . Mon « mouvement » est servi bien chaud.

Plat de machoiron braisé à l'Atypik

À la première bouchée , je suis agréablement surpris par la pertinence et la perspicacité de l’assaisonnement. La principale difficulté du machoiron braisé étant son assaisonnement. En effet , il faut des compétences pointues dans le domaine , auquel cas , le poisson vous dégoutera rapidement. 

Les premières bouchées sont merveilleuses. Toutefois , je me rends vite compte que l’assaisonnement n’a pas irradié , l’intérieur du poisson. Un début de nausée ,  commence à se signaler. Alors, dans ces conditions , le salut doit venir des condiments , de la sauce tomate et surtout de la sauce pimenté qui doit accompagner le joujou : les réservistes. 

C’est avec tristesse , que je me rends compte que les réservistes ne sont pas à la hauteur. Je m’efforce à manger le plus de poisson possible malgré la nausée . « On joue pas avec le bara ! »

C’est donc assez déçu du plat, que je rentre chez moi après avoir réglé l’addition.

 

La note finale : 4 / 10 

Observations : Le potentiel du restaurant l’Atypik y est , c’est indéniable ! Mais toutefois , il faut travailler la pénétration de l’assaisonnement , et aussi hausser la teneur en piment des réservistes.

Laissez un commentaire ou dites nous ici si vous souhaitez partager une expérience gastronomique avec nous.

Leave a Reply

Lost your password?

User registration is disabled for now. Contact site administrator.